La gazette des communes http://www.lagazettedescommunes.com

 

Présidentielle : haro sur la métropole du Grand Paris !

 

Publié le 30/03/2017 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

 

The Eiffel tower
Fotolia

A l’exception d’Emmanuel Macron et Benoît Hamon, les principaux candidats à la magistrature suprême souhaitent en finir avec le groupement urbain. Leurs représentants ont défendu la commune, lors d’un grand oral organisé le 30 mars 2017, au salon des maires d’Ile-de-France.

Toujours en gestation et, pourtant, déjà au cœur de toutes critiques. Née le 1er janvier 2016, la métropole du Grand Paris (MGP) suscite un tir de barrage chez les plupart des candidats à la présidentielle. Seuls, les anciens ministres de François Hollande, Emmanuel Macron et Benoît Hamon défendent le maintien du groupement urbain instauré par les lois MAPTAM et NOTRe de 2014 et 2015.

 

Lors du salon des maires d’Ile-de-France, le 30 mars 2017, le représentant du leader d’En Marche, le député-maire (PS) de Fresnes (Val-de-Marne) Jean-Jacques Bridey n’a, cependant, pas manifesté un enthousiasme excessif : « La loi NOTRe n’était pas la loi que souhaitait le Sénat. Ce n’est pas le texte rêvé de l’Assemblée non plus. Ce n’est la loi de personne. Il faut que cela devienne la loi de tout le monde. Cette métropole du Grand Paris, ne la détruisons pas ! »

A l’instar du patron de la MGP, Patrick Ollier (LR), Jean-Jacques Bridey a préconisé une extension du périmètre du groupement urbain à la zone dense de la grande couronne, citant Roissy et Evry. Fidèle aux fondamentaux d’Emmanuel Macron, il a aussi prôné la disparition des départements dans le périmètre métropolitain. Les compétences de ces collectivités ont vocation, dans ce schéma, à être reprises par la MGP et les établissements publics territoriaux, ersatz de communautés d’agglomération mis en place par la loi MAPTAM.

Lire la suite de l'article sur le site internet de la  Gazette des communes