Suite à leur désignation en septembre, les quatre équipes pluridisciplinaires chargées de construire leur vision prospective du devenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides ou structurantes du Grand Paris, ont été réunies ce vendredi 5 octobre pour le premier séminaire de coordination de la démarche.

Les représentants de la préfecture de région, les élus membres du Comité de pilotage ont pu échanger longuement avec les équipes, sur la base de leurs premières propositions, pour orienter les réflexions sur l’évolution des routes et plus globalement de nos mobilités à perspective 2030 et 2050.

Energies propres, intégrations urbaine et paysagère, fluidité des mobilités par les avancées technologiques et comportementales, réalisme économique… la feuille de route est précise et exigeante.

Douze sites dévoilés ce vendredi ont été sélectionnés pour servir d’illustration à cette étude prospective qui porte sur l’ensemble du réseau. Les équipes devront imaginer et proposer une évolution de ces sites pour inspirer ensuite les décisions politiques à terme. Il ne s’agit pas de projets à proprement dit mais bien de projections plausibles, souhaitables, technologiquement et économiquement envisageables, pour déjà appréhender le futur à moyen et plus long terme.

Les quatre équipes ont désormais 7 mois pour construire leurs scenarii d’évolution. Les résultats seront montrés au grand public à l’approche de l’été 2019 lors d’une exposition multi-sites : au Pavillon de l’Arsenal, à la biennale de l’architecture et du paysage de Versailles, et par étapes courtes dans une dizaine de lieux de la région, afin de rencontrer tous les publics. Car au-delà du travail des 4 équipes, l’ensemble de la démarche est tourné vers une large concertation visant à associer à la réflexion les habitants, les usagers ou riverains des routes, et tous les élus. Conférence de citoyens, appel à cahiers d’acteurs, questionnaires et sondages viendront prochainement interpeler ces publics pour ouvrir largement le débat.